Outplacement et e-réputation : le duo gagnant

 In e-Réputation des entreprises

Aujourd’hui internet a quelque peu changé la manière dont les recruteurs sélectionnent les profils. Si avant un CV et une lettre de motivation étaient les seules choses qu’ils avaient à disposition avant un entretien, ces derniers ont désormais une autre source d’informations afin d’appréhender de nouveaux collaborateurs. Dans cet article nous vous expliquerons en quoi la gestion de l’e-réputation est à présent cruciale et nous vous donnerons les pistes afin de la prendre en mains.

Le Outplacement, c’est quoi ?

Avant toute chose, il semble judicieux de rappeler brièvement ce qu’est l’outplacement. L’outplacement est un processus d’accompagnement visant à aider un salarié séparé de son entreprise, volontairement ou pour des raisons économiques, à retrouver un emploi. En Belgique, de nombreuses sociétés proposent ce service. C’est le cas notamment de Securex, Trace ou encore Galilei.

Et la e-reputation dans tout ça ?

A l’ère du web 2.0, la e-réputation prend une place prédominante dans l’image qu’un demandeur d’emploi renvoie à un employeur potentiel. Si à l’époque l’entretien classique était la seule façon d’appréhender le potentiel d’un collaborateur, aujourd’hui internet offre une magnifique opportunité au recruteur. Il lui permet de cerner les candidats avant même un entretien. En effet, chaque partie de vous que vous laissez paraître sur internet forme un tout, votre e-réputation. Ce a quoi un recruteur peut avoir accès en procédant à une simple recherche sur Google. Après avoir tapé votre nom dans la barre de recherche, il scrutera chaque résultat se rapportant à vous: profil sur les réseaux sociaux, articles de presse, blogs, etc.

Outplacement et e-réputation

Comme mentionné tout à l’heure, une société d’outplacement est chargée d’aider un demandeur d’emploi à retrouver du travail ou d’aider une entreprise à réinsérer des employés licenciés pour des raisons économiques. Son rôle sera donc d’accompagner le demandeur d’emploi dans cette démarche: soutien psychologique, bilan professionnel de la personne, définition des objectifs professionnels, aide à la rédaction d’un CV et d’une lettre de motivation, etc.

La e-réputation quant à elle se focalise plus sur l’image renvoyée par le demandeur d’emploi à travers le web. Une bonne gestion de la e-réputation comprendra différents points. Tout d’abord, il est nécessaire de réaliser un audit de la e-réputation actuelle du demandeur d’emploi. Cet audit permettra de lister l’ensemble des contenus visibles sur internet relatifs à la personne. Cette première étape est déterminante et sera la base du travail. Ensuite, trois possibilités existent: la personne n’a aucune e-réputation, la personne dispose d’une e-réputation à améliorer, la personne dispose d’une bonne e-réputation. Dans ces trois cas de figure, une prise en charge s’avèrera utile.

La personne n’a aucune e-réputation

Dans un premier temps cette situation peut être avantageuse dans le sens où le recruteur n’a aucun contenu pouvant influencer sa perception sur la personne en question. Même si cela devient de plus en plus rare avec l’avènement des réseaux sociaux, il existe bien des personnes n’ayant jamais laissé de traces sur le web. Comme nous venons de le dire, dans un premier temps, c’est positif certes. Mais en y réfléchissant plus objectivement, dans notre société en perpétuelle évolution technologique, que penserait un recruteur d’une personne invisible sur le web ? Les entreprises apprennent chaque jour à appréhender les nouvelles technologies afin d’être plus performantes. Une personne absente du web pourrait renvoyer l’image de quelqu’un ayant du mal à s’adapter au changement, ce qui pourrait être un frein pour une entreprise.

Dans le cas où une personne ne dispose pas d’une e-réputation, plusieurs choses peuvent être mises en place.

En premier lieu, la création de profils sur les réseaux sociaux. Ces réseaux sont d’excellents outils afin de bâtir une réputation en ligne. Étant bien référencés sur les moteurs de recherche, les profils n’auront pas de difficultés à apparaître dans les premiers résultats lors d’une recherche. Relativement simples à mettre en place et à utiliser, il existe une multitude de réseaux permettant de bonifier son image sur internet. Les réseaux professionnels LinkedIn et Viadeo permettront de mettre en avant son parcours, ses compétences ainsi que ses aspirations. Facebook et Google + quant à eux seront bénéfiques afin de renvoyer une image sociable de la personne. D’autre réseaux pourront éventuellement être utilisés en fonction du domaine d’expertise du demandeur d’emploi comme par exemple Behance pour les designers, Instagram pour les photographes, etc.

Ensuite, la création d’un blog peut également être une belle opportunité afin de soigner son e-réputation. Par l’intermédiaire de celui-ci, il est possible de constituer une réelle carte de visite de la personne concernée. Une présentation, un CV, quelques photos. Bien référencé, celui-ci pourra avoir un impact positif sur l’image qu’un recruteur se fera de la personne.

La personne dispose d’une e-réputation à améliorer

C’est le cas le plus fréquent. Dans ce cas ci, la personne apparaît dans les résultats d’une recherche comportant son nom. En général, les résultats sortant proviennent des réseaux sociaux sur lesquels elle est présente. Des articles de presse, positifs ou négatifs, peuvent également constituer son e-réputation.

Lorsque nous évoquons “e-réputaion à améliorer” nous parlons par exemple des photos peu flatteuses ou gênantes qui se trouvent sur les profils réseaux sociaux de la personne en question, nous parlons d’avis exprimés publiquement sur des sujets sensibles ou encore d’articles de presse négatifs. Ce genre de données peuvent influencer rapidement un recruteur et faire tomber le CV de la personnes aux oubliettes.

Dans le cas où les profils sur réseaux sociaux affichent des contenus indésirables d’un point de vue professionnel, il sera judicieux de procéder à un nettoyage afin de laisser paraître une image exclusivement positive.
Si maintenant des articles de presse négatifs existent, la procédure est un peu plus complexe. Deux possibilités existent: le droit à l’oubli sur Google si l’article contient des données personnelles et la production de contenu positif afin de noyer le contenu négatif dans les résultats d’une recherche.
La création d’un blog est aussi une chose qui aura un impact positif, comme mentionné plus haut.

Toutes ces actions permettront de soigner l’e-réputation de du demandeur d’emploi et donc la perception de celui-ci par le recruteur.

La personne dispose d’une bonne e-réputation

Dans la situation où le demandeur d’emploi dispose déjà d’une réputation en ligne et que celle-ci est correctement géré, la seule chose à faire est de surveiller cette e-réputation. Cela permettra de prévenir des contenus pouvant impacter négativement sa bonne présence en ligne. Le fait de continuer à être actif sur les réseaux sociaux est aussi important afin de continuer à afficher des profils à jour.

En conclusion

La e-réputation s’intègre parfaitement dans une procédure d’outplacement. Tandis que l’outplacement s’occupera du demandeur d’emploi d’un point de vue psychologique et physique, la e-réputation s’occupera de son image virtuelle prenant une importance grandissante à l’air du web 2.0. Une fois ces deux choses prise en mains, la personnes aura toutes ces chances de décrocher un premier entretient et n’aura plus qu’à convaincre.

e-réputation